A19

Première séance: 15 janvier 2016  -Université Paris-Diderot

Rappelant la fondation de l’« Atelier xixe », à l’institut Charles V, sous l’égide de Philippe Jaworski, Cécile Roudeau souhaite inscrire le renouveau de cette aventure, sous l’appellation « A19 », dans la lignée de son travail méticuleux de traduction et de déchiffrement des textes du long xixe siècle américain, ainsi que dans le sillon de cet autre arpenteur et exégète des fictions d’Amérique, Pierre-Yves Pétillon ; nombre des participants à cette première séance ont été leurs élèves et certains continuent à être les disciples de ces deux grands lecteurs et passeurs infatigables de la littérature américaine du xixe siècle. Qu’A19 s’ouvre sur une communication d’Agnès Derail n’est pas une coïncidence, elle qui est l’héritière, un rien rebelle, de cette tradition.

A19 a pour vocation de s’intéresser aux études américaines du long xixe, depuis les années de la jeune république jusqu’au début du xxe siècle, sans négliger la persistance contemporaine du xixe américain dans les nombreuses récritures et adaptations dont il fait l’objet. Rien de ce qui a trait au xixe ne saurait sans doute lui être étranger : la littérature, mais aussi l’histoire, l’histoire de l’art, la philosophie, ainsi que les correspondances du champ américain avec le domaine britannique, tel notamment que l’explore le séminaire « Victorian Persistence » animé par Sara Thornton à Paris Diderot, ou encore avec le domaine français.

Selon les souhaits des participants, les séances d’A19 pourront s’organiser autour :

  • d’invités (notamment des collègues étrangers de passage en France)
  • de publications récentes
  • de microlectures collectives (sur le modèle des « Reading Groups » organisé par BrANCA : http://www.branca.org.uk/reading-groups.html)
  • de la préparation de projets éditoriaux : éditions critiques en français ou en anglais.

A19 entend également tisser des liens avec d’autres sociétés savantes :

La séance se poursuit avec l’exposé d’Agnès Derail-Imbert (ENS Ulm) consacré à l’écriture fugitive dans les autobiographies de Frederick Douglass qui donne lieu à une discussion nourrie.

Frederick Douglass ou l’écriture fugitive

Agnès Derail-Imbert (ENS, Ulm)

http://www.lila.ens.fr/spip.php?article117

Publié en 1845, The Narrative of the Life of Frederick Douglass, qui relate l’enfance et la jeunesse de Frederick Bailey jusqu’au moment de son évasion, est écrit par un auteur qui est, au regard de la loi, un esclave en fuite. L’autobiographie révisée de 1855, My Bondage and My Freedom, que Douglass compose à son retour d’Angleterre, après qu’il a été racheté à son ancien propriétaire par ses amis abolitionnistes européens, est celle d’un ex-esclave, libre certes, mais dont la liberté et la citoyenneté, avec le renforcement des mesures ségrégationnistes y compris dans le Nord, demeurent précaires. Ce statut liminaire donne à l’engagement historique et politique de Douglass une ambivalence qui se traduit, dans l’itinéraire personnel, par sa séparation d’avec William Lloyd Garrison, et par son changement de position vis-à-vis des documents fondateurs de la nation. Alors qu’il soutient d’abord Garrison en jugeant que la Constitution est fondamentalement pro-esclavagiste, l’abolition ne pouvant être obtenue qu’en refondant le cadre juridique de la nation, voire en renonçant à l’Union, il défend l’idée à partir de 185, une fois consommée sa rupture avec Garrison, que si l’esprit de la Déclaration et de la Constitution a été corrompu par l’institution particulière, les documents fondateurs de la république, réinterprétés et revivifiés, encouragent en réalité l’abolition de l’esclavage.

Cette hésitation induit une tension perceptible dans l’écriture : d’une part, l’apprentissage clandestin de la langue des maîtres est présenté par le narrateur de 1845 comme l’instrument essentiel d’une émancipation individuelle qui lui permet de vivre et de raconter le destin personnel exemplaire d’un affranchissement héroïque – comment d’esclave on devient homme –, mais d’autre part, cette compétence scripturaire (maîtrise de la lecture et de l’écriture) lui ouvre la voie pour articuler une réflexion critique qui interprète ce destin particulier à l’aune de l’histoire nationale. En 1845, Douglass est conscient de la portée historique de son récit qui sert magistralement la cause abolitionniste, mais il ne se présente pas encore comme l’homme représentatif qu’il va devenir par la suite. Ce sont les abolitionnistes blancs, dont les préfaces encadrent le Narrative, qui, faisant de l’esclave fugitif un descendant des Pères fondateurs, inscrivent sa figure dans l’histoire nationale. Ce n’est qu’après son séjour en Europe que, dans l’autobiographie révisée, Douglass se présente lui-même comme l’homme représentatif que les Garrisoniens ont d’abord voulu faire de lui. Affranchi de la tutelle des abolitionnistes blancs, désormais évincés du paratexte, Douglass se dégage des conventions littéraires du récit d’esclave, en particulier de l’injonction d’authenticité, garantissant la valeur de témoignage du texte. Ce nouvel auteur peut désormais raconter une « histoire plus libre », tout comme il peut en 1853 s’emparer du fait historique peu documenté d’une mutinerie servile survenue en 1851 à bord du navire négrier Creole, afin de réinventer par la fiction le personnage historique de Madison Washington qui est à son tour une révision de sa propre biographie : Washington, l’esclave héroïque, est en effet construit littérairement comme l’héritier noir des Pères fondateurs. Ravivant l’esprit de 76’, il est porteur d’une nouvelle définition de la nation, qui renoue avec ses origines vertueuses, jusque là dévoyées par l’institution particulière. Par la fiction, Douglass se réinvente comme un acteur majeur, nationaliste et patriote, du déploiement historique de la nation. Les textes, qu’il s’agisse de la novella ou de l’autobiographie, ne sont plus dès lors un simple témoignage personnel à enrôler au service d’une cause, mais ont une prétention universelle qui réinterprète la liberté non pas comme seule émancipation de la condition servile mais comme une valeur fondamentale s’exerçant au nom des droits de l’homme – celle-là même qui figure dans la Déclaration d’indépendance (« life, liberty and the pursuit of happiness »).

Or, cet infléchissement patriotique, qui accompagne l’engagement politique croissant de Douglass comme acteur de l’histoire, fait peser sur l’écriture de nouvelles contraintes auctoriales qui se perçoivent dans certaines impasses ou instabilités narratives. L’entrée dans l’histoire du sujet « américain » mais pas tout à fait, « ni citoyen, ni étranger », fait apparaître des zones de fluctuation où se manifeste la difficulté de circonscrire avec fermeté l’identité d’un auteur « représentatif » américain, non blanc.

Alors que dans le premier récit, la condition de l’esclave est objectivée par les maîtres – non-personne, propriété, marchandise, privé du droit à la famille et à la paternité – dans les textes qui suivent, en particulier dans Heroic Slave et dans certains discours, l’esclave devient une métaphore : il est par exemple une figure de l’Amérique coloniale asservie, et son insurrection emblématise et répète celle des révolutionnaires américains secouant le joug de la monarchie britannique. En accédant à l’écriture qui l’insère dans le récit national, l’esclave est devenu « figuratif ».

L’entrée dans l’histoire a donc un coût et la pratique de l’écriture, l’autorité ou l’auctorialité s’en ressent. L’une semble en effet la condition de l’autre : l’ex-esclave ne devient un personnage public que parce qu’il sait manier l’écriture. D’un côté, libération et représentativité grâce à la lettre (literacy) semblent aller de pair, mais parce que l’avènement de la république a partie liée dès l’origine avec la maîtrise du verbe, devenir auteur (auteur de sa propre histoire, auteur libre) demande peut-être de mettre sa plume au service d’une rhétorique patriotique, voire patriarcale qui continue de confisquer cette liberté en tolérant l’esclavage. L’attrait qu’exerce la rhétorique nationaliste sur l’écrivain Douglass requiert un certain effacement de Frederick Bailey. Revendiquant l’héritage blanc des Pères fondateurs, Douglass est contraint dans une certaine mesure d’enfouir l’esclave Bailey et son ascendance africaine.

Ainsi, l’écriture est toujours pour partie fugitive. Dans les moments d’ambivalence où le texte résiste à la conversion de l’esclave en homme représentatif, il laisse peut-être apercevoir, dans les failles ou fuites de la narration, les zones grises de l’histoire qui contredisent le récit national auquel pourtant Douglass fait à sa façon allégeance. Plus le texte est « littéraire », en échouant à se couler dans l’histoire nationale, plus, paradoxalement, il est historique, et laisse affleurer sous le patriotisme affiché une nouvelle définition de la citoyenneté américaine, revendiquant plusieurs affiliations, plusieurs héritages, remodelant largement le récit des origines nationales, esquissant de nouvelles configurations géographiques pour une Amérique inassignable.

 

Séance du 12 février 2016

Université Paris Diderot, ODG, salle 147- 14h30-17h30

 “American Entrapments: Taxonomic Capture in James Fenimore Cooper’s The Prairie.”

Antoine Traisnel (University of Michigan)

https://www.lsa.umich.edu/english/people/profile.asp?ID=2265

My talk probes the complex entanglements of vision and capture in James Fenimore Cooper’s The Prairie. It argue that the economic model and epistemic regime of “capture” that emerges at the turn of the nineteenth century hinges on a taxonomic power—broadly defined as a method (nomos) for ordering (taxis) the sensible—haunted by a constitutive blindness. Set in 1805, just two years after the Louisiana Purchase, Cooper’s novel poses the question of territory at a time when it remained to be seen how the young nation would be changed by the acquisition of the vast expanse of land west of the Mississippi River. Fraught with the tensions of territorial expansion, the “empty empire” of the prairie is an exemplary site of land speculation at the heart of American frontierism. The Prairie wrestles with what it means to capture this new land by introducing a figure that will replace the frontiersman: the trapper, who appears as a harbinger of a more systematic approach to territory and its human and nonhuman occupants. I begin by examining how the novel dramatizes this shift from two distinct regimes of vision emblematized respectively by the aging hunter Natty Bumppo and his naturalist foil Dr. Obed Bat. I then outline the phenomenology of capture as a mode of vision, unfolding not only what capture makes visible but also what it obscures—and how animals appear and disappear in capture. Finally, I show how vision becomes supervision when the logic of capture extends from animals to the land itself.

Portrait of an Englishman: Henry James’s Lord Warburton

Páraic Finnerty (University of Portsmouth)

http://www.port.ac.uk/centre-for-studies-in-literature/members/dr-paraic-finnerty.htmlhttp://

Recent scholarship has noted the ways in which Henry James’s The Portrait of a Lady (1881) focuses on effeminate, effete gentlemen of leisure such as Ralph Touchett, Gilbert Osmond and Edward Rosier and deliberately marginalizes Casper Goodwood and Lord Warburton, who represent conventional masculine achievers. While scholars have described the character of Goodwood as a model of American hypermasculinity or hard manhood against which European or Europeanized male figures are measured, Warburton’s role in the novel has not been fully explored. This paper offers a new perspective on the text by examining Warburton’s position as the representative of an aristocratic system that has an allure and aura particularly for Americans, and his function as the class-inflected exemplar of gentlemanliness against which James’s Europeanized American men define and fashion themselves. James presents Ralph Touchett, Gilbert Osmond and Edward Rosier as, in different ways, imitating or seeking to replicate Warburton’s aristocratic masculine ideal, associated with privilege, wealth, and status, on the one hand, and decadence, idleness and effeteness, on the other. The paper argues that James’s novel unsettles such stereotypes about the upper classes and their masculine representatives by associating Warburton with alternative connotations of aristocratic manhood available in 1870s Britain. Drawing on contemporary ideas, James foregrounds Warburton’s political and social radicalism, but also his ambivalence about his hereditary position: Warburton describes himself as “a consistent radical [who goes] in only for equality,” yet seems unwilling to translate his radicalism into a renunciation of his property and titled position. Moreover, despite Warburton’s function as an exemplar for American men, he fails to achieve the Victorian ideal of masculine self-mastery and self-discipline. In other words, James’s self-divided aristocrat is also a self-divided man who is unable to control his passions, particularly his obsessive love for the novel’s heroine, Isabel Archer.


Une réflexion au sujet de « A19 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *